Dans un tract distribué lors des réunions de concertation, un groupe d’associations gradignanaises pose un certain nombre de questions judicieuses mais apporte des réponses souvent inadaptées et parfois fausses.

Prendre le tram à Gradignan vous propose ici ses propres réponses.
Vous ne voyez ici que les titres de paragraphe. Vous pouvez faire apparaitre le contenu de chaque paragraphe en cliquant sur le bouton avec la flèche vers le bas.
Vous pouvez les faire disparaitre en cliquant sur le bouton avec la flèche vers le haut.

Notre association a été fondée en 2010 et par 10428 signatures d’une pétition en faveur du tramway a démontré la très forte demande de tramway de la part des gradignanais et d’autres citoyens dans et hors de la métropole. De nombreux élus et non des moindres ont signé cette pétition.

Depuis, les changements politiques (2014), les abandons de projets et l’absence de courage politique (boulevards bordelais) n’ont pas permis l’émergence et la concertation sur un projet abouti.

Ce n’est que récemment que les projets actuels ont été mis en concertation. On peut certes regretter à la fois le temps perdu et les projets antérieurs, il reste qu’aujourd’hui une concertation est concrètement ouverte sur 2 projets faisant l’objet d’études détaillées.

Les gradignanais ne veulent pas seulement aller à Cenon ou à Pellegrin, ils sont citoyens d’une métropole dans laquelle ils veulent avoir accès au réseau structurant (tramway) pour se déplacer rapidement, confortablement et efficacement dans la dite métropole.

Le potentiel de fréquentation est estimé à 10000 voyageurs par jour pour la branche de la ligne B. C’est donc le tramway qui se justifie, d’autant que l’effet tramway génère 5 ou 10 ans après la réalisation des fréquentations réelles 5 à 10 fois supérieures aux prévisions.

Le futur tram sera accessible au plus grand nombre de gradignanais soit parce qu’ils habitent à moins de 500m de la ligne (c’est le cas de nombreux quartiers d’habitation de la ville) soit parce qu’un réseau de bus intelligemment restructuré leur permettra d’accéder rapidement à un arrêt de tramway.

Le tramway est un mode de transport qui peut être rendu plus efficace, évoluer et se développer : la métropole a pris conscience qu’il est nécessaire de rendre l’exploitation de la ligne B beaucoup plus robuste qu’actuellement et commence à prendre des mesures. Il faut continuer dans cette voie et nous saurons faire des propositions allant dans ce sens.

Non le tramway est une technologie actuelle avec ses fortes potentialités de développement et ses problèmes : le tramway bordelais souffre d’être trop « ouvert » et donc trop lent.

Seule une extension et un meilleur maillage du réseau par des lignes transversales permettront au tramway d’éviter une saturation insupportable.

Quant aux bouts de ligne, la voie unique adoptée sur certains tronçons doit être abandonnée car génératrice d’une exploitation défaillante qui ne motive pas les usagers à lâcher leur voiture pour le tram.

Les grands ensembles d’habitation de Gradignan seront à moins de 500m du tramway en majorité.

Les zones d’habitat à l’ouest de la D1010 sont plutôt pavillonnaires mais il faut prévoir un réseau complémentaire de bus qui permettent à ces habitants de rallier le tramway rapidement.

La connexion de Gradignan au réseau de la métropole permettra de desservir tous les grands pôles comme la gare, Euratlantique (dont la desserte doit être améliorée), le CHU, les universités, l’aéroparc de Mérignac, etc …

La circulation automobile est polluante, dévoreuse d’espace et de temps et dangereuse (au moins 3 500 morts et des centaines de milliers de blessés par an).

Ce n’est donc pas le rôle du tramway de l’améliorer mais au contraire d’offrir une alternative sûre et respectueuse de l’environnement.

La circulation automobile doit être au contraire progressivement réduite.

Là encore le rôle du tramway n’est pas d’améliorer le stationnement, pour les mêmes raisons que ci-dessus.

Néanmoins le tramway peut améliorer le stationnement et la congestion en centre-ville grâce aux parcs relais qui permettent de laisser sa voiture en bout de ligne et d’arriver rapidement et sûrement en centre-ville.

Non, il va l’améliorer considérablement. Le cadre de vie ne se résume pas au nombre d’arbres existants et à leur âge. C’est tout un ensemble urbain que le tramway modifie et améliore en profondeur.

Il suffit de regarder les réalisations existantes à Bordeaux, à Talence, à Pessac et ailleurs.

La métropole a chiffré ces projets en détail (voir les documents présentés lors des dernières réunions) et les associations comme les nôtres sont là pour analyser ces coûts et faire des propositions de réduction.

Quant au portefeuille des contribuables (pour ceux qui paient des impôts) leur argent est certainement mieux utilisé dans la construction de lignes de tramway que dans le » développement des infrastructures routières ou le stationnement.

Oui, il y a une multitude de solutions. Beaucoup existent (BHNS, tramway, métro, trains de banlieue, etc …) et peuvent être mises en œuvre. Les lourdes procédures actuelles permettent aux citoyens d’appréhender toutes ces solutions et de donner leur avis.

A Bordeaux, le « RER métropolitain » est dans une phase active, le tramway poursuit son extension et son amélioration et l’idée d’un métro (qui se fera ou pas) est étudiée.

Par contre il y a aussi beaucoup de solutions hasardeuses qui n’ont pas vraiment fait leurs preuves ou qui sont très floues.

C’est le cas des navettes qu’on peut finalement assimiler à des taxis collectifs.

Dans beaucoup de métropoles mondiales, les systèmes de taxis collectifs existent parce qu’il n’y a rien d’autre mais participent largement à la congestion et à la pollution.

Ce genre de système ne paraît pas vraiment adaptée à notre agglomération.

Voilà nos réponses bien différentes de celles apportées par ce groupe d’associations qui n’a pas compris qu’un réseau structuré de transports en commun irriguant le plus grand nombre de communes et de quartiers est indispensable et vital pour une métropole qui vise le million d’habitants en 2050.

C’est tout le sens de notre action en faveur du tramway dans la métropole et plus particulièrement à Gradignan

Retour haut de page